Créée en Septembre 2009 par Antoine Henriquet, Ah! Production se compose de 3 filiales : Ah ! Div qui produit des émissions de flux et de divertissements pour les chaînes françaises et internationales, Ah ! Doc spécialisé dans les documentaires, et Ah ! Corp dans les films corporate.

Composée d’une équipe créative et passionnée d’audiovisuel, Ah! développe en interne l’ensemble de ses projets.

« Le métier de producteur n’est finalement que la capacité à fédérer les talents autour de soi », estime simplement Antoine Henriquet, fondateur et directeur général d’Ah! Production.

La société fait aujourd’hui parler d’elle avec la troisième saison de la Villa des Cœurs Brisés, la 2ème saison ayant était un franc succès sur NT1 (+95% d’audience par rapport à la saison 1).

Ah! Production est en phase d’écriture d’un projet de série de 12 x 26′ pour les Créations originales Canal+. Une première pour cette société spécialisée dans le flux et les documentaires. Paradoxalement, explique Antoine Henriquet, interrogé par Satellifax, « c’est le projet qui a été le plus facile à vendre », même pour quelqu’un qui n’avait historiquement pas fait de fiction. Une idée simple et surtout le casting, une grosse star d’origine européenne, ont permis d’enthousiasmer la chaîne cryptée. Si les choses se passent bien, le tournage devrait avoir lieu prochainement.

Ah! Production fait partie de ces sociétés de production à taille humaine, qui fait de son impossibilité d’acheter de gros formats internationaux une véritable force : la création originale. Le producteur a réussi à fédérer autour de lui des talents, dans ses équipes (réduites par nécessité, mais impliquées et passionnées), comme à l’antenne (Jean- Claude Van Damme, Benjamin Castaldi…). « Pascale Breugnot [présidente d’Ego Productions] m’a tout appris », indique-t-il. Au sein d’Ego, il avait monté la filiale de flux, O’Productions qui lui a permis de faire ses classes pour les chaînes du câble. Aujourd’hui, cette expérience lui permet de réaliser des productions avec deux fois moins de personnel que ses concurrents… un avantage économique, et un bonheur de travailler avec des talents très impliqués dans le succès des émissions.

Générationnel. Le terme colle bien au producteur. Rien ne semble relier Charles Aznavour et Michael Jackson, si ce n’est un intérêt profond de la part d’Antoine Henriquet. « Je n’arrive à vendre aux chaînes que des sujets qui me plaisent » ; et le producteur ne rougit d’aucun de ses documentaires, qu’ils soient divertissants (Stars des années 80 ; Stars des années 90 sur TMC) ou plus sérieux, tels ces portraits brossés pour France 5 (Wolinski ne pense qu’à ça et 69, année érotique réalisés par Véronique Jacquinet)…

Aujourd’hui, le producteur travaille tout particulièrement pour C8 pour laquelle il produit la série documentaire La folle histoire de, allant de Coluche à De Funès, en passant par Le Splendid, Michael Jackson ou Claude François. Au vu de ses bonnes relations avec la chaîne du groupe Canal+, Antoine Henriquet n’a pas été surpris quand elle lui a demandé de produire la version française du format néerlandais Adam Looking for Eve qu’elle avait acquis. Pour le lieu de tournage de ce programme de dating mettant en scène des candidats nus, il fallait un endroit paradisiaque ; Ah! a proposé Tahiti, pour y avoir tourné deux saisons de Tahiti Quest sur Gulli. Le producteur y maîtrise les spots de tournage et les infrastructures.

En télévision, l’enjeu aujourd’hui est d’installer la récurrence de ses productions. C’est le cas pour la création originale Tahiti Quest sur Gulli (3 saisons) et le programme de dating La villa des cœurs brisés sur NT1 (2 saisons).
La création de projets et de formats reste l’identité d’Ah! Production. Bousculer les habitudes des chaînes, en proposant des idées plutôt que des parts de marché, basculer d’une logique mathématique à une logique artistique lui ont plutôt réussi jusqu’à présent. Les bonnes audiences de Tahiti Quest, Giuseppe Ristorante et le documentaire de Marie Drucker sur Aznavour (3,7 millions de téléspectateurs sur France 2 en janvier 2014) lui ouvrent aujourd’hui davantage de portes et Ah! compte bien poursuivre sur la route du succès. Ah! Production travaille également en dehors de l’audiovisuel via son département Corporate. Le digital est un autre axe que la société souhaite approfondir.